Site personnel d’Eric Vautrin, dramaturge du Théâtre Vidy-Lausanne

¬ Textes

Sur La Vie sur Mars, exposition de Pauline Julier

Sur La Vie sur Mars, exposition de Pauline Julier

  • - Du 10 janvier au 5 mars Théâtre Vidy-Lausanne

Pauline Julier
La Vie sur Mars
janv.-mars 2024, Vidy

  • 1631. A Naples, le Vésuve menace la ville. San Gennaro est appelé à l’aide et protège la cité du volcan. Pauline Julier enquête sur les modes de représentation des éléments naturels à travers les âges et les cultures, et découvre sur place une gravure datant de l’époque. Elle l’enregistre et la pellicule prend feu à l’endroit du cratère en explosion. Le saint, dès lors, semble saluer le vide en feu d’une image qui disparaît. De quoi protège-t-il à présent ?

Répétitions, boucles, réminiscences : Pauline Julier observe les images et leur mode d’existence. Nous les voyons se multiplier, se contaminer, se dissocier, se stratifier, glisser d’un cadre à l’autre, traverser les espaces et les temps, comme si elles avaient leur vie propre.

  • 2016. La Nasa parvient pour la première fois à reconstituer l’explosion d’une supernova, ou implosion d’une étoile en fin de vie. Durant quelques millisecondes, ce sont parmi les explosions les plus puissantes que nous connaissons. Au moment où l’étoile meurt, à son pic d’énergie, elle émet autant de lumière qu’un millard de soleil. Elle dissémine alors les éléments chimiques qu’elle a accumulé et donne naissance à de nouvelles étoiles – et peut-être, le débat est toujours ouvert, à un trou noir. Le vide appelle le plein, le plein le vide. La vidéo produite par la Nasa traduit un phénomène que personne n’a jamais vu et ne verra jamais, elle invente ses couleurs pour tenter de raconter l’explosion, sinon nous ne voyons rien.

Les images sur Terre sont si nombreuses qu’il devient certain qu’elles ne recouvrent plus des réalités effectives. Il est possible que cela soit finalement leur nature particulière : témoigner de l’invisible. Rappeler que le sens n’est pas donné, mais qu’il se cherche et se construit, et que le gouffre – de l’oubli, de la perte, de la répétition infinie, de l’explosion insensée – guette.

  • 2020. Un drone, jouet ou instrument de police, observe, comme une chimère animale. Il délivre inlassablement son message, auto-conviction ou mot d’ordre. Vacuité des mots devant la machine inlassable. Qui écoute, qui comprend, malgré les traductions ? Est-ce qu’il y a quelque chose à garder d’un pseudo-message répétitif ?
  • 2021. Le père de l’artiste perd peu à peu la mémoire, pendant que nous vivons un repli sur nos vies causé par une pandémie. Les seules images qui nous restent viennent des écrans, surfaces-souvenirs qui offrent de naviguer dans un espace et un temps irréels. L’anecdotique se confond avec le sacré, la peur fréquente l’émerveillement. Qu’est-ce qui se détruit, qu’est-ce qui se crée, qu’est-ce qui se transforme ? Que nous laissent nos pères, celles et ceux qui partent, quelles étaient leurs images, qu’en reste-t-il ? La réalisatrice regarde apparaître et disparaître les images, y cherchant la mémoire d’un invisible qui la guiderait, au risque de se perdre.

La Vie sur Mars est le titre de cette exposition complétée d’un film (https://vidy.ch/fr/evenement/follow-the-water/, du 23 au 28.01) et un spectacle (A Million Year picnic, du 24 au 28.01). Un voyage au pays des images, là où la (science-)fiction remplace (déplace ?) le vécu, les récits dédoublent le réel terrestre, l’invisible s’invite en métaphore de nos vies.